₪ Arréter de fumer & autres addictions


Les addictions à l’alcool, au jeu, au tabac, aux drogues, empoisonnent la vie de ceux qui s’y adonnent,mais aussi leur entourage familial. Pourquoi faut il se débarrasser de comportements addictifs ? Comment peut-on se défaire d’une addiction avec l’hypnose ? Comment l’hypnose agit durablement sur le consultant ?



L’hypnose thérapeutique constitue une solution des plus naturelles et des plus efficaces. L’addiction n’étant pas une maladie mais un dysfonctionnement dans le comportement, le psychisme l’emporte sur les médicaments.

Hypnose cerveau comprendre

Souhaitant modifier un comportement parce que le consultant considère que ce dernier ne correspond pas à sa nature réelle. Une séance d’hypnose thérapeutique doit absolument être basée sur la confiance pour progresser vers une solution qui soit satisfaisante pour l’esprit, mais aussi dans la résolution des troubles en question.

Des substances plus ou moins addictives


Schéma pourcentage addictions


Des dépendances peuvent survenir à tout moment de l’existence, mais la période de 15 à 25 ans est la plus propice à leur émergence.

Certaines substances semblent avoir un pouvoir addictif supérieur à d’autres compte tenu de la proportion de personnes dépendantes parmi leurs consommateurs. Le produit le plus addictif serait le tabac (32% des consommateurs sont dépendants), suivi par l’héroïne (23%), la cocaïne (17%) et l’alcool (15%). La vitesse d’installation de la dépendance varie également en fonction des substances. Les dépendances au tabac, à l’héroïne et à la cocaïne peuvent se développer en quelques semaines, alors que celle à l’alcool est beaucoup plus lente. Parmi les jeux vidéo, ceux en réseau sont réputés être les plus addictogènes, particulièrement les jeux de rôle multi-joueurs. Le pouvoir addictif des jeux d’argent est également important.

Le tabac : 66 000 morts par an en France et 8 millions dans le monde.

La nicotine met 7 secondes pour arriver au cerveau et ce ne sont pas moins de 4 000 produits chimiques qui sont contenus dans la fumée de cigarette dont 50 d’entre eux sont reconnus comme cancérigènes. Dans la fumée de cigarette, vous trouvez des gaz toxiques comme le monoxyde de carbone (gaz d’échappement), l’oxyde d’azote, l’acide cyanhydrique (utilisé dans les chambres à gaz), l’amoniac (détergent) et des métaux lourds comme le cadmium (utilisé dans les batteries), le mercure, le plomb (métal) et le chrome. Hormis ces chiffres alarmants fumer vous fait perdre votre souffle, réduit votre espérance de vie, stresse votre corps et votre esprit alors que vous pensez que fumer vous relaxe ou vous permet de respirer, faire une pause. Cela vous fait perdre du temps dans votre quotidien entre le temps passé à aller acheter vos cigarettes et le temps de les fumer. Un paquet fumé par jour vous fait perdre 55 jours de vie par an.


Des mécanismes complexes

L’addiction démarre essentiellement avec le plaisir généré par la substance addictive. Cette sensation est due à des modifications électrochimiques s’opérant dans le cerveau en réponse à la consommation de la substance. On observe en particulier la libération de dopamine, la molécule " du plaisir " et de la récompense, dans le noyau accumbens. L’augmentation de la concentration de dopamine résulte de modifications au niveau des transmissions synaptiques dans différentes aires cérébrales, la substance consommée pouvant interférer avec des neurotransmetteurs ou leurs récepteurs

A cela s’ajoutent d’autres mécanismes, notamment la libération de sérotonine ou encore l’activation des récepteurs aux endorphines, des molécules endogènes impliquées dans l’antalgie et la sensation de bien-être. En cas de consommation régulière de drogue, la stimulation répétée de ces récepteurs entraîne une diminution de la production naturelle d'endorphines. Dès lors, le plaisir n’est plus obtenu que par l'apport de la substance extérieure, ce qui induit une augmentation de la tolérance à cette substance et un manque dès l'arrêt de sa consommation

Image scientifique cerveau et addiction


Le rôle clé des synapses

La synapse est une aire de jonction par laquelle le message chimique (neurotransmetteur) passe d’un neurone à l’autre. C’est une structure particulièrement importante, où le signal neuronal peut être renforcé (via une augmentation de la libération de neurotransmetteur ou du nombre de récepteurs postsynaptiques) ou diminué (via une augmentation du nombre de récepteurs présynaptiques). C’est ce que l’on appelle la « plasticité synaptique ». Parmi les neurotransmetteurs impliqués dans les mécanismes de l’addiction, la DA ( Dopamine ) joue un rôle important mais d’autres neurotransmetteurs sont aussi impliqués : GABA, glutamate, noradrénaline, sérotonine, etc…

Image scientifique neurone



Éviter les conséquences, arrêter facilement par hypnose.

Lorsqu’elles ne sont pas soignées, les addictions peuvent avoir une issue sévère, voire tragique. Celle-ci peut être directement liée à l’usage excessif de la substance (overdose, coma éthylique) ou provoquée par les effets secondaires à long terme (nombreux cancers associés à la consommation d’alcool et de tabac, troubles neurologiques et psychiatriques des consommateurs réguliers de drogue, contamination par le VIH...). Modification des réseaux neuronaux diminuant drastiquement la capacité de plasticité cérébrale et orientée vers la dépendance. Cette absence permanente de plasticité synaptique expliquerait que le comportement de recherche de drogue devient résistant aux contraintes environnementales (difficulté à se procurer la substance, conséquences néfastes de la prise de drogue sur la santé, la vie sociale…) et par conséquent de plus en plus compulsif. Progressivement, le contrôle sur la prise de drogue est perdu et la toxicomanie s’installe. Prendre les mesures necessaires en vous faisant aider par l'hypnose est une solution idéale, durable et adaptée à votre personnalité afin de reprendre le controle sur vous-même contre vos addictions.

Osez enfin être vous-même. Répondons ensemble à votre besoin.